🇪🇸 Jour 81 : Malpartida de Plasencia > Trujillo

Les tempĂ©ratures de la nuit ont Ă©tĂ© tellement clĂ©mentes qu’il n’y a pas la moindre trace de rosĂ©e sur ma tente ce matin : je quitte donc le camping Ă  une heure très raisonnable.

Après quelques kilomètres Ă  peine, j’aperçois furtivement la silhouette d’un Ă©trange animal que je n’arrive pas Ă  identifier : il a la forme et la taille d’une loutre, mais son pelage est gris/brun clair, avec le bout de la queue noir. Un peu plus tard, un second individu de la mĂŞme espèce se prĂ©pare Ă  traverser la route avant de changer d’avis après m’avoir aperçu, mais il me laisse au moins le temps d’enregistrer une caractĂ©ristique supplĂ©mentaire : ses yeux sont clairs. Dès qu’il a disparu, Je dĂ©cide de m’arrĂŞter afin de faire une petite recherche sur internet, tant que l’image est encore nette dans ma tĂŞte. Le site du parc naturel de MonfragĂĽe propose une liste des animaux que l’on peut rencontrer sur son territoire ; parmi ceux-ci, un animal dĂ©crit comme assez discret mais correspondant tout Ă  fait Ă  ce que j’ai vu par deux fois : une mangouste !

J’arrive ensuite dans une partie du parc un peu plus vallonnĂ©e, et très frĂ©quentĂ©e. Beaucoup de voitures sont garĂ©es aux miradors d’oĂą il est possible d’observer les vautours. Il est difficile et mĂŞme un peu dangereux pour moi de m’arrĂŞter mais je prends malgrĂ© tout le risque de le faire afin de prendre quelques photos. Après avoir traversĂ© le Tage sur lequel j’ai une vue spectaculaire depuis le « saut du Gitan », j’ai droit Ă  une cĂ´te assez raide sur une route en lacets. Et je sais dĂ©jĂ  que d’autres montĂ©es m’attendent… Je suis cependant assez Ă©tonnĂ© d’arriver Ă  grimper sans trop d’efforts, mon corps a visiblement pris l’habitude.

Je prends mon (excellent) repas dans un restaurant qui a la curieuse idĂ©e de diffuser la messe en fond sonore, puis après les routes spectaculaires du parc, place aux paysages un peu plus monotones, en tout cas jusqu’Ă  une petite dizaine de kilomètres avant ma halte du jour : je traverse en effet tout d’abord un petit village aux rues particulièrement tarabiscotĂ©es, puis j’arrive dans une zone un peu plus urbanisĂ©e, oĂą se trouve mon hĂ´tel. J’y suis accueilli par une dame bien sympathique qui me propose d’hĂ©berger mon vĂ©lo dans le « gran comedor » (la salle des banquets), tout en me prĂ©cisant que cette mĂŞme salle recevra deux groupes de cavaliers ce soir. Il y a en effet visiblement une manifestation prĂ©vue le lendemain, mais je n’ai malheureusement pas compris grand chose Ă  ses explications un peu trop techniques pour mon vocabulaire très basique. Toujours est-il que le hall de l’hĂ´tel est rempli de bagages amenĂ©s petit Ă  petit par des cavaliers et des cavalières aux hautes bottes de cuir. Ils font un boucan incroyable en dĂ©but de soirĂ©e alors que j’essaie de m’endormir, ce qui me fait craindre une nuit assez difficile si ce chahut se poursuit. Mais Ă  22 heures prĂ©cises, c’est le calme plat…

🚴‍♂️ distance

0 km (jour)
5875.78 km (total)

↗️ dénivelé positif

0 m (jour)
37593 m (total)

🏰💚 CAGNOTTE

+ 0 €
2870 € (total)
x Logo: Shield Security
Ce Site Est Protégé Par
Shield Security